NPQ : le systeme et ses mondes (k²...)

La références des règles et les documents liés aux univers

Outils pour utilisateurs

Outils du site


k2:livres

Fonctionnement des livres

<align left></align><align> J'ai un début d'idée, les points de lectures. Il y a quatre façons de lire un livre : </align><align> Lecture supérficielle : le lecteur essai d'avoir une idée sur le livre qui tiens entre ses main, c'est une action L, un chapitre vaut 10 points x la complexité du livre (voir plus bas). Peu de lumière et un environnement chahutant sont accepté. </align><align> Lecture par partie : le lecteur cherche un passage qui l'intéresse et puis se concentre sur une partie. Il fait une recherche bibiographique (Jet Bibliothèque(intuition)), puis fait une étude ou une simple lecture des chapitres qui veut lire (voir les deux derniers cas). </align><align> Simple lecture du contenu : le lecteur lit un livre comme un roman, sans véritablement étudier le livre et mais en gardant la trace de sa lecture. chaque chapitre ne vaut que 10 points de lecture (voir plus bas), et on utilise le facteur de complexite générale du livre. Un jet par heure. </align><align> Etude : c'est ce qui nous intéresse ci-dessous, l'étude et donc le “gain d'expérience” par la lecture. Ici un livre a une complexité, chaque chapitre est étudié dans le but d'être réelement utile, il a donc une difficulté (un coeficient) qui ralentit la compréhension et l'apprentissage. Un jet par heure de lecture. </align><align> Le dé de progression (associé à l'intelligence) est utilisé pour le cumul des points de taches </align><align> Rem : Il faut avoir de la lumière, et un milieu calme pour étudier ou faire une simple lecture, sinon le MJ peut réduire les cran des attributs ou du dé de progression. </align>

Un Livre

<align left></align><align> Un “livre” dans le monde de k², c'est un ensemble de “chapitres”, un chapitre c'est soit un sortilège, soit une explication historique, un texte sentimental ou un gain de compétence. Les livres sont écrit en un langage qu'il faut connaitre, il nécessite donc un lancer dans la compétence Lire et Ecrire (ou lire et ecrire magique) du langage. Un texte sentimental représente toutes sortes de documents qui aident à la lecture mais qui n'apportent rien en terme de compétences ou de sortilèges (le MJ peut autoriser le gain dans “contes et légende de X”, “littérature classique de X”, X étant une bulle/un lieu/une éthnie). </align><align> Un livre est plus ou moins complexe, cette complexite va de 1 à 5 et est désigné par le symbole “cplx”. un chapitre vaux 10 point de lecture, mais d'autre coefficients viennent en changer la valeur. une compétence ou un sortilège possède un coéfficient correspondant à son niveau de complexité. Ainsi un sort niveau 2, nécessite un chapitre de 20 points de lectures. Une compétence commune ou facile vaux 1 (donc 10 points) mais une compétence difficile comme lire et écrire magie par exemple vaux 5 (donc 50 points de lectures). Cette valeurs est multipliée par la complexité du livre. </align>

Chapitres

<align left></align><align> Donc étudier un chapitre, c'est cumulé un nombre de point de lecture equivalent à : cplx x coef(cmp) x 10. </align><align> Pour lire un chapitre, le joueur peut lancer les dé un fois toutes les heures, dans la compétence “lire et écrire” correspondante. (F) = lecture du chapitre perdu, (E) = l'heure de lecture est passée sans réelement progressé dans la lecture, (N) = lance son dé de progression comme points de lecture, (S) = cran(Dé Progression, +2), (C)= cran(Dé Progression, +4) + Score de Progression. Le personnage peut utiliser les Pinit Pro pour faire durée la période du jet jusqu'à Pinit Pro heure, ce qui rajoute cran(Dé Progression, +Pinit Pro) voire les bonus au cran pour une spéciale (S) ou un critique (C). Le personnage doit le dire avant le jet. </align><align> Compétence pouvant aider : le personnage peut utiliser une compétence par heure, pour l'aider à mieux lire. Par exemple, théologie pour un livre de foi, arme blanche à une main(ig), pour un traité d'escrime. </align><align> Compétence pouvant ralentir la lecture : minimiser par les compétences; Par exemple compétence de langage, si elle diffère de celle du personnage, par toutes compécences requisent au chapitre. Donc vous prenez le score minimum de toutes ces compétences… </align><align> Quand le chapitre est lu au complet, il apporte +2 XP au score de la compétence, permet de lancer le sort… </align>

exemples:

<align left></align><align> Apprendre (ou étudier) un sortilège de niveau 1 à partir d'un parchemin de cplx 3 : 30 points de lecture </align><align> Apprendre (ou étudier) un sortilège de niveau 3 à partir d'un parchemin de cplx 4 : 120 points de lecture (3 x 4 x 10) </align><align> Comprendre grossièrement un sortilège de niveau 2 d'un parchemin de cplx 3 : 30 points de lectures ( 3 x 10). </align><align> Comprendre grossièrement un sortilège de niveau 4 d'un parchemin de cplx 3 : 40 points de lectures (4 x 10). </align><align> Apprendre à lire et écrire magie de sa langue (ici écriture) à partir d'un chapitre de cplx 3: 150 points ( 3 x 5 x 10) (pour gagner +2) </align><align> Gagner de l'expérience en épée (cmp à 2) avec un parchemin d'escime de cplx 4 : 80 pt de lecture (2 x 4 x 10) </align>

Bonus liés aux XPa

<align left></align><align> Le MJ peut autoriser à utiliser des XPa pour aider à la progression. L'idée est que l'experience acquise permet de mieux comprendre ce que raconte l'auteur du chapitre. Il permette de réduire d'un la complexité ou le niveau du sort d'un sans jamais aller à 0. </align><align> exemples : un sort de niveau 3 d'un parchemin de cplx 4, peut valoir 10 points avec 5 XPa (3-2=) 1 x (4-3=) 1 x 10 </align>

Composition d'un livre

<align left></align><align> Nombre de chapitres : 1D6 par grosseur du livre </align><align> complexité : Livre de foi = 3, Livre de magie = 3 . Sinon utilisé la table ci-dessous<br /> Facilité de lecture (1d100) : 01-10% ⇒ 1, 11-25 ⇒ 2, 26 à 40% ⇒3, 41 à 60% ⇒ 4, 61 à 100% ⇒ 5 </align><align> chapitres : 1d8 par chapitre (si vous n'avez pas d'idée) </align>

  1. Sortilège
  2. Texte Historique
  3. Texte Sentimental
  4. Poeme
  5. Traité de science
  6. Traité de compétence
  7. Traité mystique
  8. Texte Sentimental

<align left></align><align> Protection (les protections sont à enlever ou contourner avant chaque lecture) </align>

  • Sort de distration
  • Sort de peur
  • Ecriture maudite
  • lecture desordonnée
  • Mot d'organisation
  • simplicité caché (la complexité du livre est apparement plus grande que réelement)

<align left></align>

Ecrire un chapitre et écrire un livre

<align left></align>

Créer un chapitre, un livre

<align left></align>

Une difficulté différente

<align left></align><align> Si on peut lire un chapitre, on peut l'écrire. Seulement la difficulté est différente. Un jet sous lire et écrire correspondant, par heure, corrigé par les Pinit Pro, au besoin, apporte des points d'écritures, par chaque tranche de 10 points complet multiplié par coefficient de la compétence, le chapitre perd 1 en complexité (il commence à 5). Donc écrire un sortilège de niveau 2, demande 20 points d'écriture pour obtenir un chapitre de cplx = 5, 40 points la complexité tombe à 4… </align>

Faire un livre

<align left></align><align> Pour faire simple, un livre possède la plus haute complexité de ses chapitres. </align>

A quel prix ?

<align left></align><align> Pour donner une idée, le cout reviens à 1D12+3 perles par chapitre, en encre et en papier. Le MJ peut faire varier ce prix, en fonction de la disponibilité du papier et des encres, des pointes d'écriture, cela correspond à 4 à 15 feuilles de papier (brouillons et ratures comprises) et assez d'encre pour les remplir. </align>

Recopier un chapitre

<align left></align><align> Un chapitre coute 10 points d'écriture, mais la cplx est augmenté de 1. Si le copiste passe 20 points d'écriture, avec le matériel et la connaissance nécessaire, il le fait au même niveau de complexité. La compétence lire et écrire adéquate est utilisé avec l'attribut de volonté. Améliorer, c'est créer un chapitre. </align><align> De plus, il faut le prix de plusieurs feuilles et de l'encre, le support d'écriture étant de forme variée et, pour ce qui est du papier assez couteux, le cout reviens à 1D6+3 perles par chapitre. Le MJ peut faire varier ce prix, en fonction de la disponibilité du papier et des encres, des pointes d'écriture, cela correspond à 4 à 9 feuilles et la quantité d'encre necessaire. Chaque (F)umble rajoute 1 perle au prix. </align>

Exemple de livre

<align left></align>

Le Livre de foi

<align left></align><align> Un livre de foi, possède un potentiel pour chaque type général. Etant un livre étudié de nombreuses heures, Le personnage a déjà lu et assimilé une partie, et donc possède un “niveau” d'etude par type générale (comme expliqué dans pretre). Le livre de foi peut possèder jusqu'à 6 niveaux dans chaque type. Les types sont généralement : Avenements, Prédictions, Guerrisons, Répulsions, Protections, SoinsMaladies, Malédictions, Recettes, Miracles, plus les domaines d'actions du dieu choisi. </align><align> Un livre de foi possède une complexité cplx = 3. On part du principe que le livre a été déjà lu durant la période de formation, sinon, il faut que le personnage le lise au moins une fois, en simple lecture. Un niveau correspondant à plusieurs chapitres, ce qui nous donne le tableau suivant : </align> <align left></align>

niveau 1 2 3 4 5 6
Lecture simple : point de lecture #C#30 #C#90 #C#180 #C#300 #C#450 #C#630
Etude : point de lecture #C#100 #C#200 #C#600 #C#1000 #C#1500 #C#2100

<align left></align><align> rem : un personnage à lu les niveaux 1 à 3, s'il a cumulé 180 points de lectures et à étudier ces 3 niveau avec 600 points de lecture. Un personnage peut transformer ces points de lecture simple en étude, une seul fois, avec l'autorisation du MJ. Si le personnage à un niveau 3 (en étude ou à la création) on considère qu'il a déjà lu l'ensemble de ses textes de ce type générale. </align><align> A priori, le personnage possède déjà un niveau dans certains de ces types généraux. Tous les types généraux qui ne sont pas au niveau 6, peuvent être connu dans le livre au maximum au niveau 6, on exclut donc les niveaux 6. Le livre de foi correspond souvent à la recopie par le personnage des livres et chapitres mis à sa disposition. Il a donc eu le temps de recopier ou eu la présence d'esprit de recopier le maximum de chapitres. Cela correspond à des jets sous un score égale à (domaine initial/compétence +5%x N, où N est le nombre de point de création affecté à l'objet) </align> <indent> </indent>

  • théologie(Présence). F= une protection supplémentaire est appliquée, E = +0, N = +1, S = +2, C = +3 ou relance dans un autre type général (hors fumble).
  • Lire et écrire(Présence). F= une protection supplémentaire est appliquée, E = +0, N = +1, S = +2, C = +3 ou relance dans un autre type général (hors fumble).

<align left></align><align> les valeurs exprime l'ajout de niveaux, au maxium 6. Si le score totale dépasse 6, les points supplémentaires vont dans les types généraux inconnu du personnage. </align>

Le Livre du magicien

<align left></align><align> Chaque magicien à un livre de sorts, un chapitre correspond à la description d'un sortilège. Tout sortilège que le magicien connait mais dont il ne possède pas écrit, peut être transcrit en suivant la règles de création de chapitre. Un sortilège peut être copié en suivant la règles de copie de chapitre. </align>

k2/livres.txt · Dernière modification: 2012/10/02 15:55 (modification externe)